danse
je danse parce que je me méfie des mots
KAORI ITO / COMPAGNIE HIMÉ
Je danse parce que je me méfie des mots

ven 14 octobre à 20h30


De la danse-théâtre pour une histoire de retrouvailles - une zone incertaine de l’art pour une zone incertaine du sentiment.

Elle a 36 ans. Lui, 68. Ito, fille et père. Deux artistes, elle danse, il sculpte, ce qui fait entre eux un lien de transmission et aussi de rivalité. Elle est partie loin de lui pour être elle. Elle revient vers lui, pour eux. Ils s’approchent à nouveau, avant la Grande Séparation à laquelle ils se préparent, pour lui offrir le jour venu leur réconciliation.

C’est un exorcisme. Où les mots échouent, les gestes réussissent. Par-delà l’écart des âges, des cultures, les corps s’apprivoisent, surpris, rieurs. Gestes partagés, qui court-circuitent les mots maladroits, donnent aux émotions une présence retenue, brûlante.

Châtillon avait déjà rencontré Kaori, pour une pièce brillante, « Plexus », où on retrouvait ses références, Decouflé, Preljocaj, Platel, Bory... La voici dans sa danse, faite pour la vie, ses peines, ses joies.

C’est un moment de grâce, japonais par la méfiance du langage, universel par la pudeur du cœur.


DANSE

tarif normal

durée 1h



LA PRESSE EN PARLE
« Kaori Ito (...) a imposé une page spectaculaire humaniste et émotionnelle, dédiée à son père et à leur relation. »

Le Monde


« Œuvre bouleversante qui articule danse et conversation dans un dialogue entre la danseuse chorégraphe et son père (...) Seule la scène pouvait sacraliser une telle histoire d’amour, qui est aussi une histoire d’amour de l’art. »

Mouvement

TEXTES,
MISE EN SCÈNE,
CHORÉGRAPHIE

Kaori Ito


AVEC

Kaori Ito
Hiroshi Ito


ASSISTANT À LA
CHORÉGRAPHIE

Gabriel Wong


DRAMATURGIE,
SOUTIEN À
L'ÉCRITURE

Julien Mages


SCÉNOGRAPHIE

Hiroshi Ito


LUMIÈRES

Arno Veyrat


MUSIQUE

Joan Cambon
Alexis Gfeller


CONCEPTION DES MASQUES,
REGARD EXTÉRIEUR

Erhard Stiefel


COSTUMES

Duc Siegenthaler (Haute École d'art et de design de Genève)


COACHING ACTEURS

Jean-Yves Ruf


RÉGIE SON

Adrien Maury


RÉGIE LUMIÈRES

Carole China
Thomas Dupeyron


CRÉDIT PHOTO

Gregory Batardon